Système B-O-C

S’il y eut un jour quelque chose de pourri au royaume du Danemark, il ne demeure pas moins quelque chose d’absurde au royaume de Belgique. Car, par-delà sa grandeur décadente et sa petitesse exubérante, ce pays plat parmi les plus petits, les plus densément peuplés et les plus démesurément illuminés, abrite depuis toujours en son antre le monstre existentiel d’une question identitaire sans réelle réponse. Qu’est-ce qui définit le fait d’être belge sinon celui de ne pas être danois ? Continuer la lecture de Système B-O-C

nastYndia

Il faut imaginer Kate heureuse ou l’exacerbation de l’absurde

De ces lèvres à la pulpe éclatante, écarlates. De ce creux des joues en guise d’abscisse, qui ordonne le désir. De ces yeux qui irisent une pulsion vertigineuse de couleur. De ce corps si juvénile, gracile, pourtant si femme. De ce charme expert qui opère jusqu’aux coeurs les moins tendres. De cette silhouette conductrice de séduction. Frappe chirurgicalement. De ces formes séductrices de conduction. Suggèrent l’afflux sanguin. De cette beauté violemment inexorable. En somme. Imaginons-nous qu’il ne reste rien. Sinon une lèvre fendue en deux. Des ecchymoses presque vivantes un peu partout sur le corps. Un hématome violacé parcourant le visage de la tempe au menton. Des yeux boursoufflés, en forme de fentes, et dont le rouge s’est mêlé au blanc jusqu’à le faire disparaître totalement. Des bras lacérés. Des jambes scarifiées. Quelques croutes purulentes. De-ci de-là. Un sentiment de l’absurde. Ici et maintenant. Continuer la lecture de nastYndia

Playmovil

Les longs discours de B en disent moins long que la détresse qui se lit dans ses yeux torves. Trempés de dunia. Ou de slivovitz. On souhaiterait oublier. Mais on pleure. Parce que ces murs suintent. La peur. De l’affront d’un nouveau diktat. Obscurantiste. Qu’une hégémonie doctrinaire anéantira. Une nouvelle fois. Bientôt. On s’y fait. Comme toujours. Mais on pleure. Continuer la lecture de Playmovil

Nécrotypes

Elle emplit de force la vue. Avec évidence. Comme rémanence d’une mort. Elle emplit de force la vie. Nécrotypes se voulait être une opération de photographie narrative. Autour du bleu. Le bleu de tes yeux. Ces yeux mélancoliques. Des yeux dont les pupilles se dilatent perpétuellement. Dans le noir. Au point de s’y fondre. Parfois. Au point de les confondre. Certainement. C’est là son pathétique. Continuer la lecture de Nécrotypes

Extérieurs-Nuit II

Par delà l’expérience hérétique d’une sensation picturale entamée quelques années plus tôt lors de la conception du premier volet de mon projet photographique Extérieurs-Nuit, il m’a semblé nécessaire d’opérer un changement crucial, pour ne pas dire radical, en vue d’une déréalisation plus complète et significative de mon sujet. La ville, la nuit. Continuer la lecture de Extérieurs-Nuit II

Extérieurs-Nuit#C#4

Flou comme adéquation à une pensée myope…

Entre voir/Et pour voir/Point de vue «digressif»/Écriture différante/D’association visuelle/En association verbale/Flouer la réalité/L’abstraire du cliché/Falsifier le réel/Pour le rendre plus réel/Pour ainsi dire/Plus artificiel/Ainsi soit-il/Plus abject/Ce-disant/Plus beau/Soit-disant/Plus soi/Soit… Continuer la lecture de Extérieurs-Nuit#C#4

Extérieurs-Nuit#C#2

Mouvement comme adéquation à une pensée rhizomatique…

En eau trouble et «marasmatique»/Mécanique hypnotique du mouvement/Caténaires portés aux nues/Cinétique de l’image fixe/Figurer le tumulte/Oser «bougé»/Litanie d’une petite ville/De Berlin en Bruxelles/Imprimer l’espace-temps/En un mouvement relatif/Ou sujet et objet «copernisent»/En guise de mouvance/D’engeance urbaine/Transhumance nocturne/Papillons ternes/Au macabre vol de nuit Continuer la lecture de Extérieurs-Nuit#C#2

Extérieurs-Nuit#C#3

Nuit comme adéquation à une pensée du sous-sol…

Tantôt obscure/Tantôt claire/Plutôt loup que chien plus tôt/Obscure clarté/Claire obscurité/Innéité «chiasmatique»/Ou velléité fantasmatique/D’une pérennité chromatique/Lumière comme appât du regard/Lumière comme appât du lucre/Artifice universel/Feu perpétuel/Vitalité mortifère/Agglomérat d’ombres/Ces anonymes/Nuls visages/Des virages/De couleurs/Saturées/Jusqu’à éclater /Jusqu’au devenir passé pictural/Esquisse d’une nuit avancée/Taux d’alcoolémie avancé/Impression d’une décadence/Décadence impressionniste/Par bonheur et sans Bonnard/Par Bonnard et sans bonheur/Glaner ces impressions/Les éprouver virtuellement/Addiction laborantine/Narrer une autre réalité/Absente de réalité/Absolvant une réalité par le flou Continuer la lecture de Extérieurs-Nuit#C#3

Extérieurs-Nuit#C#1

Numérique comme adéquation à une pensée diffuse…

Alternative au procédé nostalgique analogique/S’offrir le «lux» d’une lumière visionnaire/Voir sous un prisme neuf/Se pourvoir de nouvelles perspectives/Danser avec les chaînes/D’une photographie automatique/Quid de l’air du temps?/Faire peau neuve/Neuf comme un sous main/Mains libres/Libre comme l’air/À l’air libre/Kit de l’air du temps/Temps de se mouvoir/Être quitte de l’air du temps/Voire simplement/S’émouvoir du mouvement Continuer la lecture de Extérieurs-Nuit#C#1